oPtionSI

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Rions un peu Physiciens

Physiciens

Un bar rentre dans un homme, oups... mauvais référentiel !

Q : Combien de physiciens quantiques faut-il pour changer une ampoule ?
R : Ils en sont incapables, s'ils savent où est la prise, ils ne peuvent plus localiser la nouvelle ampoule...
Q : Que répondit Heisenberg lorsque le policier qui venait de l'arrêter pour excès de vitesse lui demanda : "Savez-vous à quelle vitesse vous rouliez ?",
R : "Non, mais je sais où je suis...".

Quelle est la différence entre un ingénieur, un physicien et un mathématicien ?
Si un ingénieur entre dans une pièce et voit un feu au milieu et un seau d'eau dans le coin, il prend aussitôt le seau d'eau pour éteindre le feu.
Le physicien verse l'eau tout autour du feu et le laisse s'éteindre de lui-même.
Tandis que le mathématicien déduit qu'il existe une solution et quitte la pièce.

Piqué sur le site d'un prof, je suis infichu de me rappeler lequel, qu'il me pardonne s'il me lit.
Provenant d'un professeur de physique du début du siècle :
J'ai reçu un coup de fil d'un collègue à propos d'un étudiant. Il estimait qu'il devait lui donner un zéro à une question de physique, alors que l'étudiant réclamait un 20. Le professeur et l'étudiant se mirent d'accord pour choisir un arbitre impartial et je fus choisi.
Je lus la question de l'examen : " Montrez comment il est possible de déterminer la hauteur d'un building à l'aide d'un baromètre."
L'étudiant avait répondu : " On prend le baromètre en haut du building, on lui attache une corde, on le fait glisser jusqu'au sol, ensuite on le remonte et on calcule la longueur de la corde. La longueur de la corde donne la hauteur du building." L'étudiant avait raison vu qu'il avait répondu juste et complètement à la question. D'un autre côté, je ne pouvais; pas lui mettre ses points : dans ce cas, il aurait reçu son grade de physique alors qu'il ne m'avait pas montré de connaissances en physique.
J'ai proposé de donner une autre chance à l'étudiant en lui donnant six minutes pour répondre à la question avec l'avertissement que pour la réponse il devait utiliser ses connaissances en physique. Après cinq minutes, il n'avait encore rien écrit. Je lui ai demandé s'il voulait abandonner mais il répondit qu'il avait beaucoup de réponses pour ce problème et qu'il cherchait la meilleure d'entre elles. Je me suis excusé de l'avoir interrompu et lui ai demandé de continuer.
Dans la minute qui suivit, il se hâta pour me répondre : "On place le baromètre à la hauteur du toit. On le laisse tomber en calculant son temps de chute avec un chronomètre. Ensuite en utilisant la formule : x=gt2/2, on trouve la hauteur du building."
A ce moment, j'ai demandé à mon collègue s'il voulait abandonner. Il me répondit par l'affirmative et donna presque 20 à l'étudiant. En quittant son bureau, j'ai rappelé l'étudiant car il avait dit qu'il avait plusieurs solutions à ce problème.
Il me répondit : "Hé bien, il y a plusieurs façon de calculer la hauteur d'un building avec un baromètre. Par exemple, on le place dehors lorsqu'il y a du soleil. On calcule la hauteur du baromètre, la longueur de son ombre et la longueur de l'ombre du building. Ensuite, avec un simple calcul de proportion, on trouve la hauteur du building."
Bien, lui répondis-je, et les autres ?
"Il y a une méthode assez basique que vous allez apprécier. On monte les étages avec un baromètre et en même temps on marque la longueur du baromètre sur le mur. En comptant le nombre de traits, on a la hauteur du building en longueur de baromètre. C'est une méthode très directe. Bien sûr, si vous voulez une méthode plus sophistiquée, vous pouvez prendre le baromètre à une corde, le faire balancer comme un pendule et déterminer la valeur de g au niveau de la rue et au niveau du toit. A partir de la différence de g, la hauteur de building; peut être calculée. De la même façon, on l'attache à une grande corde et en étant sur le toit, on le laisse descendre jusqu'à peu près le niveau de la rue. On le fait balancer comme un pendule et on calcule la hauteur du building à partir de la période de précession."
Finalement, il conclut :
"Il y a encore d'autres façons de résoudre ce problème. Probablement la meilleure est d'aller au sous-sol, frapper à la porte du concierge et lui dire : " j'ai pour vous un superbe baromètre si vous me dites quelle est la hauteur du building."
J'ai ensuite demandé à l'étudiant s'il connaissait la réponse que j'attendais. Il a admis que oui mais qu'il en avait marre du collège et des professeurs qui essayaient de lui apprendre comment il devait penser."
Pour l'anecdote, l'étudiant était Niels Bohr (Nobel Chimie vers 1910) et l'arbitre Rutherford (Nobel Physique en 1922).

Trois hommes, un philosophe, un physicien et un idiot, voyageaient ensemble dans le même train, quand, suite à une grève des pilotes d'Air France, le train dérailla (nda : on a vu des causes plus idiotes que celle-là).
Et nos trois accidentés, réduits en hachi parmentier, se retrouvent illico devant Saint Pierre aux Portes du Paradis.
Saint Pierre leur dit tout de suite :
- Les gars, en raison d'un surcroît exceptionnel de travail aux services d'immigration du Paradis et vu qu'une grève des anges qui veulent passer aux 35 heures par éternité nous menacent, il a été décidé que la sélection des nouveaux arrivants serait plus drastique... Du coup, le boss a décidé que ce serait le Diable et non plus moi qui effectuerait cette sélection ! Et j'en suis bien content car ça va me faire des vacances !
Là dessus, Saint Pierre se casse, et voilà Satan qui arrive :
- Bon, les gars, je vous explique le topo : si l'un d'entre vous arrive à me poser une question pour laquelle je ne connais pas la réponse, ou bien pour laquelle je donne une mauvaise réponse, vous serez acceptés au Paradis. Sinon, vous viendrez avec moi en Enfer. Compris ?
Le philosophe fait le premier pas et interroge le Malin :
- Bon, d'accord. Faites-moi un résumé des enseignements de Socrate...
Aussitôt, une pile de feuillets dactylographiés apparaît dans les mains du philosophe, qui, après les avoir lus doit conclure que la réponse apportée était bien celle escomptée. Et Satan expédie presto le philosophe en Enfer.
Le physicien s'avance ensuite et demande :
- Quelle est la formule permettant de modéliser les voyages interstellaires à une vitesse supérieure à celle de la lumière ?
En un éclair, le diable fait apparaître un tableau noir long comme la grande muraille de Chine et qui se remplit instantanément de symboles et d'équations mathématiques. Au fur et à mesure qu'il décrypte les équations, le physicien blêmit. Lorsqu'il arrive à la dernière ligne, on entend le rire féroce du Malin qui l'expédie dans le monde des Ténèbres.
L'idiot s'avance alors et dit à Satan :
- Apporte-moi une chaise !
Satan lui donne une chaise.
- Perce 7 trous sur ce siège !
Le démon fait 7 trous dans le siège. L'idiot s'assied ensuite sur la chaise et émet aussitôt un pet bruyant et malodorant. Puis il se lève et demande au Démon :
- Par quel trou mon pet s'est-il échappé ? Dubitatif, Belzébuth examine la chaise percée et finit par dire :
- Je dirai, le troisième trou en partant de la droite...
- Faux !!! Mon pet s'est échappé du trou de mon c... !
Et c'est comme ça que l'idiot alla au Paradis.

Depuis la nuit des temps, et jusqu'à aujourd'hui, les plus grands penseurs ont établi des théories pour expliquer le monde. En voici la synthèse :
Moïse, le premier, a dit : " Tout est Loi "
Puis, Jésus a dit : "Tout est Amour "
Quelques siècles après, Freud a dit : "Tout est Sexe "
Ensuite, Marx a dit : "Tout est Argent "
Heureusement, est arrivé Einstein, qui a dit : "Tout est relatif " !

On peut aisément évaluer la température du paradis d'après les données dont on dispose, notamment celles qui sont contenues dans la Bible car il est dit :
"En outre, la lumière de la lune sera comme la lumière du soleil et la lumière du soleil sera sept fois la lumière de sept jours. "
Ainsi le paradis reçoit de la lune un rayonnement équivalent à celui qui parvient sur la Terre et sept fois sept (49 fois) plus de rayonnement que la Terre n'en reçoit du soleil, soit un rayonnement total égal à 50 fois celui que reçoit la Terre.
Ces données nous permettent d'évaluer la température du paradis : sachant que la température du paradis est telle que la chaleur perdue est égale à la chaleur reçue, le paradis perd 50 fois plus de chaleur par rayonnement que la Terre.
En utilisant la loi du rayonnement de Stephan-Boltzman, où E est la température absolue de la Terre (300 K), on trouve que H est égal à 798 kelvins, soit 525°C.
La température exacte qui règne en enfer est plus difficile à déterminer, mais elle ne peut dépasser 444,6°C, la température de vaporisation du soufre, car il est dit :
"... l'impie trouvera sa place dans un lac de feu et de soufre..."
S'il s'agit d'un lac de soufre en fusion, cela signifie que sa température est inférieure au point d'ébullition du soufre, (444,6°C) car au dessus de cette température, il n'y a plus un lac mais un nuage de vapeur de soufre.
Conclusion : Au paradis, la température atteint 525°C, tandis qu'en enfer, elle est inférieure à 445°C. Il fait plus chaud au paradis qu'en enfer !
Mis à jour ( Mercredi, 01 Juin 2011 13:07 )  

Nous avons 68 invités en ligne