oPtionSI

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

ENSTA Bretagne (3 avis)

Kalyana - PSI 2015 cursus civil - cursus militaire spécialisé pyrotechnie plus loin ...

Programme scolaire :

Semestre 1 :

•    Maths-info
•    Langues
•    Connaissance de soi / projet professionnel
•    Projet technologique bibliographique
•    Electronique numérique
•    Mécanique des solides indéformables / mécanique des milieux continus
•    Capteurs et systèmes de mesure / automatique

Ce semestre est très général et il est difficile de s’y intéresser car le but est de parcourir tous les domaines en surface. Après, c’est le semestre d’intégration, de découverte du monde de l’école d’ingé donc sur ce point on prend vite goût à la vie étudiante. L’UV le plus difficile est Maths-info et reste en général le plus dur sur les 2 premières années à l’ENSTA. On nous enseigne les mathématiques théoriques à haut niveau mais la qualité de l’enseignement n’est pas suffisante pour une bonne compréhension. 50% des étudiants minimum ne valide pas l’UV chaque semestre. Les cours les plus intéressants ce semestre (et en général aux autres semestres également) sont les cours de méca. Bien sûr m’étant orientée en méca mon point de vue n’est pas très objectif mais la réalité est tout de même qu’à l’ENSTA les meilleurs professeurs sont les professeurs de mécanique. D’ailleurs quand on sort de PSI on a énormément d’avance sur ce programme du 1er semestre. J’ai eu de grandes facilités en MSI et le reste des cours du programme ne m’ont demandé aucun effort de travail.

Semestre 2 :

•    Maths-info
•    Langues
•    Connaissance du monde du travail et dynamique collective
•    Projet informatique
•    BDD / électronique – arduino / traitement du signal
•    Mécanique des solides déformables / mécanique des fluides
•    Au choix : profil méca / hydro / informatique (moi : méca-technologie avancée)

Dans la continuité du semestre précédent on touche à tout mais on commence à se spécialiser en branche. Pour ma part on fait beaucoup trop d’électronique et ces cours sont une vraie torture pour tout le monde. Le projet informatique est le projet le plus difficile que j’ai eu à faire à l’ENSTA. Soit tu te débrouilles déjà très bien en informatique soit tu pleures. C’est un programme de jeu entier à coder avec interface graphique et tout le reste, avec encore une fois des cours qui ne sont pas au niveau des exigences du projet. Les cours de méca ce semestre sont les plus difficiles théoriquement mais sont très bien faits. On ne tombe pas toujours sur un super prof de TD mais il y a des exos/sujets/corrigés et de bons polys (valables que pour ce semestre, j’insiste), suffisant pour travailler. Mon choix de technologie avancée a été le plus intéressant. On va vraiment loin dans la technique, dimensionnement, dessin industriel, assemblages… Et les profs sont excellents. Les matières mécaniques sont les seules demandant vraiment un minimum de travail personnel. On dit d’ailleurs que les profils méca sont ceux qui bossent le plus.

Semestre 3 (particulier à ma filière méca – architecture véhicule) :

•    Maths-info : équations aux dérivées partielles, calcul variationnel, méthode des éléments finis
•    Langues
•    Différents choix de cours de culture (j’ai choisi Mangement et Crise)
•    Projet industriel : conception mécanique en face d’avant-projet (conception d’un portique de manutention pour la mise à l’eau d’un drone sous-marin)
•    Mécanique des structures thermiques
•    Matériaux
•    Transmission mécanique et hydraulique de puissance

Ce semestre a été pour moi le plus dur. Le niveau en mathématique est élevé mais il est clairement possible de s’en sortir si on comprend la logique sans forcément comprendre tout le contenu. Le cours que j’ai suivi en management de crise a été pour moi comme une révélation et c’est à partir de là que j’ai travaillé pour demander le double diplôme en commerce. Sinon, c’est clairement la mécanique qui a demandé beaucoup de travail. En matériaux, c’est peut-être moi mais il y a un gap énorme entre ce qu’on nous demande et tout ce qu’on a appris depuis la prépa, les élèves venant de PC s’en sortent mieux généralement. Dommage pour moi car l’ENSTA met particulièrement l’accent sur les matériaux (pression des entreprises partenaires selon moi…). La thermique a été une catastrophe le jour de l’examen pour toute la promo, les cours étaient compréhensibles mais le sujet d’exam était d’une difficulté impressionnante (il faut garder en tête que l’ENSTA B est actuellement en train d’augmenter son niveau d’un coup donc il y a encore un décalage entre le niveau des élèves ayant intégré l’école et le niveau des examens, mais tout cela est en train de s’harmoniser. Le point vraiment négatif est que trop de professeurs de TD (souvent doctorants étrangers ou chercheurs) sont très incompétents en tant qu’enseignant (ils ne font que recopier le corrigé du TD au tableau et ne comprennent pas toujours ce qu’ils écrivent). Le deuxième point négatif est que l’on a aucun poly clair, bien présenté et exhaustif sur les cours de mécanique ce semestre. Nos poly se résument aux planches de diapo des amphis. Personnellement j’ai dû apprendre à force de faire des sujets d’examens corrigés afin d’en sortir la logique du cours. Ces cours de mauvaise qualité malgré mon intérêt pour la méca m’ont vraiment fait perdre ma motivation d’aller en cours et m’ont poussée à changer de filière je pense…

Semestre 4 (particulier à ma spécialité architecture véhicule – Gestion des organisations) :

•    Maths-info : optimisation en calcul de structure
•    Langues
•    Gestion des entreprises : Comptabilité, marketing, droit du travail
•    Projet industriel autonome en binôme et en relation directe avec un client
•    Matériaux composites / Poutres, plaques, coques
•    Dynamique des structures
•    Option gestion : marketing des nouvelles technologies, ressources humaines, psychosociologie des organisations, contrôle de gestion

Le semestre 4 a été mon préféré. Les cours liés au « commerce » m’ont permis de vraiment m’épanouir grâce à des professeurs géniaux et j’ai pu obtenir dans ce domaine d’excellents résultats qui m’ont valu ma place pour Audencia. Le projet industriel est très intéressant et nous apprend la véritable démarche d’un ingénieur, du cahier des charges à la conception du produit. Les cours de méca ce semestre n’étaient pas les plus durs, j’avais aussi pas mal d’avance en dynamique des structures grâce à la prépa (en particulier vos cours je dois dire) et ai eu la deuxième meilleure note de la promo à l’examen (vous remarquerez que je ne parle que des examens que j’ai réussis… ^^) Bref, ce semestre est complètement orienté selon notre spécialité. Il est clair que ceux qui travaillent le plus sont ceux de pyrotechnie ! (ils font de la méca des fluides déformables notamment et beaucoup de thermochimie).

Points à noter sur les deux années :

Comme toutes les écoles d’ingé, il y a des cours plus ou moins intéressants (de part cette mode des écoles ultra généralistes et pluridisciplinaires je pense…) et surtout des professeurs plus ou moins compétents. Nous avons tous été habitués en prépa à une certaine rigueur dans nos cours, tout était clair et organisé et il y avait matière à travailler. En école il faut s’y intéresser par soi-même, aller au fond des choses pour apprendre. Le cours ne tombe jamais tout bien fait. Il faut limite le faire soi-même. Je dirais que le plus dur est de bien choisir sa filière pour justement pouvoir se plaire dans les cours. Une petite parenthèse sur les cours de langues, n’espérez pas quelque chose de positif c’est vraiment chaotique mais malheureusement c’est commun à beaucoup d’écoles, le niveau n’y est pas.

Vie de l’école et autres :

Vie étudiante : je ne vais pas m’éterniser, on est constitué de 3 promos en petits effectifs (170), avec un esprit très familial. J’ai passé une excellente vie étudiante et ai pu prendre tout le temps que je voulais pour m’investir dans les associations, sport, musique et autre. Le campus contient d’ailleurs de superbes infrastructures sportives et un excellent niveau sportif dans sa globalité (grâce à la présence du corps militaire).

Substitutions-césures-double diplômes : l’école offre vraiment beaucoup de possibilités pour partir à l’étranger, ce n’est pas ca qui manque.
Pour ma part je ne suis pas partie en substitution car je suis restée concentrée sur l’obtention du cursus à Audencia et disons que c’était pas gagné du tout, il y a très peu de place et j’ai donc dû faire mes preuves (et aussi toquer à la porte de beaucoup de bureaux pour avoir ce que je veux.)  Cependant j’ai réalisé mes deux stages à l'étranger, les deux dans l’aérospatial : le stage ouvrier à GTD systems&engineering à Barcelone, une boîte sous traitante de Airbus ; le stage assistant ingénieur actuellement à ArianeGroup à Brême en Allemagne. J’ai eu deux superbes expériences aussi bien côté humain que travail mais ai eu un intérêt particulier pour mon travail en Allemagne. Je travaille dans le département mécanique sur le développement de l’étage supérieur d’Ariane 6 (nouveaux designs de réservoirs, études mécaniques, éléments finis, optimisation en structure).
Enfin, je poursuis donc ma voie à Nantes, à Audencia, pour le double diplôme ingénieur manager. J’ai choisi de faire le cursus intégralement en anglais. J’espère y trouver ce que je cherche et ce qui me correspond, mais je suis encore très ouverte à d’autres possibilités d’évolution, il faut avouer que le cursus ingénieur laisse une grande liberté de construction de son projet professionnel.

La ville de Brest : je ne dirai certainement pas le meilleur pour la fin mais simplement qu’on s’y fait au mauvais temps et à la grisaille. Et quand il fait beau c’est un vrai plaisir de pouvoir bouger dans le finistère !

Conclusion :

J’ai souvent eu envie de partir très loin de cette école, mais pas à cause de la qualité de l’école, simplement parce que je n’étais pas à ma place. Aujourd’hui je suis tout de même ravie d’avoir passé ces deux années et en garderai de très beaux souvenirs. Et s’il y a bien une chose que je retiens dans cette scolarité c’est que si j’ai réussi c’est surtout et presque exclusivement grâce à mes acquis de prépa.

Cursus Militaire : Remerciement à l'ami de Kalyana qui a bien voulu le détailler !

Incorporation :
Une semaine que l’on passe avec les polytechniciens. On découvre quelques traditions de l’X et on apprend les bases des ordres militaires. C’est une première intégration assez sympa mais éprouvante physiquement car on alterne entre les activités organisées par le BDE de l’X et les apprentissages militaires.

Courtine :
Trois semaines de formation humaine et militaire durant lesquelles on fait beaucoup de sport en apprenant les rudiments du soldats (camp en pleine nature, marches, le marché au pas, le chant, les ordres, le maniement des armes…) et les bases de la prise de responsabilité du leader. Très intéressant humainement, on apprend à se connaître soit même sous état de fatigue et comment on gère le stress dans ses rapports avec les autres. C’est une expérience qui m’a beaucoup apporté personnellement dont, même si ça a été éprouvant physiquement et psychologiquement, je garde un excellent souvenir. A noter, à la fin de la deuxième semaine on a un Week-End dit de Désertion (équivalent du Week-end d’intégration pour les X). Très bonne ambiance et de très bons souvenirs.

Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr
Entre deux et trois mois passés à Saint-Cyr. On y apprend le rôle d’un officier militaire, ses devoirs, comment commander, la gestion du stress ect… Beaucoup de sport et de rigueur militaire. On y découvre aussi les traditions des officiers de l’armée de Terre. Ce fut une expérience très enrichissante autant au niveau culture personnelle qu’au niveau du développement de soi et du management.

Stage en régiment ou en Etat-major
Première immersion dans la pratique du milieu militaire durant 9 mois. J’ai choisi un Etat-Major donc je préfère éviter de parler du régiment. Ce furent 9 mois à travailler sur des sujets concrets. On m’a donné des responsabilités et on m’a fait confiance pour faire avancer des projets sérieux. J’ai énormément appris sur le milieu des industriels de la Défense, le lien entre les armées et les industriels, le travail en équipe, le respect de la hiérarchie et la responsabilisation. Ce fut une expérience professionnelle et personnelle extrêmement enrichissante.

D’une manière générale l’année 0 (militaire) fait gagner en maturité et permet de faire une véritable césure avec le monde scolaire. Là ou en prépa où nous demandait de réfléchir avant d’agir, durant l’année 0 on nous demande d’agir sous les ordres sans réfléchir. Cela peut paraître désagréable mais après 2-3 ans à faire chauffer le cerveau, le laisser de côté fait plutôt du bien.

1ère Année à l’ENSTA Bretagne
Découverte du monde étudiant après un an dans le monde militaire. Cette fracture entre ces deux mondes est très difficile à vivre surtout lorsqu’on a particulièrement aimé la partie militaire. On quitte le sérieux et la rigueur pour retrouver le monde étudiant, composé majoritairement de gens plus jeunes et un peu plus insouciants. La difficulté d’adaptation varie selon les gens mais on finit tous par trouver nos marques (plus ou moins rapidement). Il y a peu de rigueur militaire c’est assez frustrant quand on a apprécié ça. Il est difficile de se replonger dans le système scolaire, comme pour l’adaptation au monde étudiant cela varie en fonction des gens. Le point vraiment différent au niveau des études est la pression mise par le classement entre les élèves militaires qui détermine fortement notre spécialité, on retrouve un peu le côté concours des prépas et c’est assez désagréable.

2ème Année à l’ENSTA Bretagne
Peu de différence entre militaire et civil. L’option pyrotechnie est vraiment une option difficile, les notions étudiées sont extrêmement complexes et requièrent un travail assidu, néanmoins, de toutes les matières étudiées à l’ENSTA Bretagne, je trouve que c’est la plus intéressante à suivre. Ne pas écouter les rumeurs concernant l’absence de vie sociale quand on prend l’option pyrotechnie, c’est faux, il suffit d’avoir un peu d’organisation.

Charles - PSI 2014

Bonsoir,
Comme vous le savez, les militaires (Antonin et moi) effectuent une année dans les forces armées. Puis on se greffe à la promotion civile qui intègre un an après nous. Cette année, j'étais donc en première année quand Emeric (civil) intégré dans la même promor était en deuxième année et j'ai retrouvé Élise intégré un an après moi.

Sur la formation à l'école, on peut dire qu'il y en a pour tout le monde.

On peut rester plutôt généraliste en choisissant un cursus soit méca soit info.

On peut aussi se spécialiser dans des domaines de pointes de l'école comme l'architecture navale, les systèmes pyrotechniques ou l'hydrographie (ce qu'a choisi Emeric).

L'ENSTA Bretagne reste une école proche du domaine maritime mais elle cherche à se diversifier dans d'autres domaines. Il y a donc largement la possibilité de travailler à l'issue du cursus dans l'aero ou dans la cyber.

Malgré une météo pas toujours clémente, on trouve toujours de la chaleur dans les bars brestois.

Pour donner quelques nouvelles, Élise et Antonin partent en substitution à Prague pour faire de l'architecture des véhicules.
Emeric continue sa formation d'hydrographe à l'école.
Quant à moi, je pars me spécialiser les deux prochaines années en systèmes embarqués à l'Isae supaero.

On a tous les quatre passés une super année à l'ENSTA Bretagne et on espèrent que d'autres de Michelet viendront nous rejoindre

 

Nous avons 59 invités en ligne