oPtionSI

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Centrale Lille (1 avis)

Par Etienne (PSI 2002)

Bon, presque 10 ans jour pour jour après y être entré mon avis sera forcément basé sur des souvenirs déjà un peu lointains (merci m'sieur B. pour le coup de vieux)

Donc concernant l'école, globalement c'est pas très différent des avis sur les autres Centrales. Les écoles généralistes sont souvent assez décevantes par le contenu de leurs cours et la manière dont ils sont menés. Cursus commun les deux premières années, globalement assez frustrants surtout en sortie de PSI (la méca sent le réchauffé au micro-ondes...). En ce qui me concerne je garde de prépa l'image des meilleurs profs et des meilleurs cours de toute ma scolarité (si si, même Mr B. !!).

Deux éléments, il me semble, caractérisent Centrale Lille. D'abord une petite partie de cours "à la carte" pendant les deux années de tronc commun, pas forcément beaucoup plus intéressant que le reste mais ça permet de se diriger un peu plus vers la spécialité à laquelle on se destine. Beaucoup plus marrant, le projet qu'on mène en équipe de 5 ou 6, sur deux ans, et en relation avec une entreprise. Beaucoup de dossiers à écrire mais surtout un vrai développement de prototype à la fin, avec une obligation d'innovation. Peut-être ce dont je garde le meilleur souvenir sur les deux premières années (nous on a fait une "remorque - pas de tir de feu d'artifice", j'aurais pas vraiment osé tirer un feu avec ça mais on s'est bien marré).

Plus énervant (si toujours d'actualité), le système de classement est basé sur un chiffre unique, dont le calcul obscur se base sur plusieurs éléments dont les notes, la présence en cours entre autres. On comprend rien au résultat, et malheureusement j'ai vu des amis se faire refuser un double cursus ou la spécialité de troisième année qu'ils souhaitaient sur la base de ce chiffre. A priori c'était en cours de réforme quand je suis sorti de l'école. Par contre lorsqu'on a des difficultés il est souvent possible de s'arranger avec les profs pour refaire un travail et valider la matière problématique.

En spécialité j'ai pris "Ondes, micro-électronique et nano-technologies". Retour en prépa avec des profs sortis d'europe de l'est, dont les tableaux en fin de cours feraient passer Mme T. pour une prof de maternelle qui dessine des jolies fleurs. Mais les TPs et autres applications pratiques sont assez fun, plus une semaine d'échange avec Centrale Lyon pour aller s'amuser sur leur matos acoustique, excellent souvenir !
En troisième année on refait un projet supposé "entreprise", j'étais la deuxième promo à le faire et c'était franchement pas au point.

Niveau associatif, nickel, on fait un peu tout ce qu'on peut imaginer (musique, sport, arts etc), et le plus gros avantage de Centrale Lille, c'est Lille !! Ne vous laissez pas impressionner par cette légende de pays constamment sous la pluie, c'est pas pire qu'à Paris, par contre c'est une petite ville vraiment excellente, culturellement ça bouge énormément (surtout depuis Lille 2004), et les amateurs de bières y seront au paradis ! Bruxelles en 30 minutes, Londres en 30 minutes (avec le décalage), Paris en 1h, la hollande à 1h30 (pour les tulipes évidement), la mer à 1h et la montagne à 30 minutes (si si, les terrils !)

Globalement, la plupart des potes de prépas avec qui j'ai gardé le contact on été déçu par les écoles généralistes en termes de contenu, mais il faut bien comprendre que ce qui compte vraiment, c'est les portes que ça vous ouvrira derrière ! Si je prends 10 copains d'école au hasard et que je liste leur domaine d'activité actuel, c'est à se demander si on était vraiment dans la même école. Conducteurs de chantier, statisticiens pour la finance, conseil, la liste est longue et c'est ça que vous apporte une généraliste. Plus la possibilité de vous réorienter relativement facilement en cours de carrière, dans notre pays ça n'est vraiment, vraiment pas donné à tout le monde !!

Pour ma part j'ai ensuite commencé ma carrière professionnelle dans une PME créée par des anciens de l'école, ou j'ai fait mon stage de fin d'études. R&D sur des technologies de son 3D, donc beaucoup de traitement du signal numérique, de l'électronique, du bricolage. Au bout de 6 ans, je suis sorti de l'entreprise et mène depuis en freelance une activité d'ingénierie multimédia et interactivité pour les arts numériques. En cette rentrée 2012, ça marche tellement fort que ça va devenir une boite, et là le fait d'avoir été forcé de bouffer un peu de compta, un peu de gestion de projet etc...ça va vraiment beaucoup servir !!!

Bon courage !

 

Nous avons 49 invités en ligne