oPtionSI

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

ENSMM (1 avis)

Par Antoine (PSI 2006)

Comme promis, voici mon avis sur l'Ecole Nationale Supérieur de Mécanique et des Microtechniques de Besançon.
La scolarité de l'école se fait en 6 semestres d'à peu près 5 mois chacun.
La première année c'est deux semestre de tronc commun. La formation est encore très généraliste, beaucoup d'électronique, d'automatique, d'optique et de maths. Toutes ces matières sont abordées dans le but d'avoir les outils nécessaires pour l'étude des matériaux, de la mécanique et les microtechniques.
On nous fait découvrir beaucoup de matières mais rien de très poussé, c'est vraiment une formation généraliste, beaucoup plus que ce que l'acronyme de l'école évoque. En effet, on va faire pendant cette première année des méthodes de fabrication, de la conception mécanique et du dessin, de la CAO-FAO, des séminaires de production, des matériaux, de la mécanique des milieux déformables mais on va aussi faire de l'optique, du traitement du signal de l'éléctronique et de la programmation informatique. Bref on a un panel de matière énorme mais on ne fait que découvrir les disciplines je trouve, il n'y a pas vraiment de spécialité. Au final on se rend compte après que toutes ces matières sont utiles dans le domaine de la mécanique et on a besoin de notions en informatique et en optique pour faire de la RDM et de la méca.
Cette première année est très peu contraignante, les cours sont en amphi et les profs lisent leur poly, j'adhère pas du tout à cette méthode d'enseignement car les profs sont avant tout des chercheurs et on a cours quand eux ont le temps. Donc très honnêtement, cette première année, les étudiants pensent plus à faire la fête que d'apprendre quelque chose.

Dès la première année, on est entrainé à passé le TOEIC qui est la capacité Anglais ingénieur qu'on doit valider pour recevoir notre diplome. C'est pas mal, on nous paye une formation en ligne pour les étudiants qui veulent travailler en plus leur anglais chez eux avec des profs par internet. C'est vraiment un bon point. Le taux de réussite au TOEIC est assez élevé donc c'est que la méthode est efficace.

Suite à cette première année pleine de découvertes, la moitié de la promo part en stage de 6 mois en tant qu'ingénieur débutant. C'est une opportunité géniale d'avoir un premier stage de 6 mois, c'est une des seules école à proposer ca, et cumulé au projet de fin d'étude qui dure 6 à 8 mois, on a une grosse expérience d'entreprise au poste de "pseudo" cadre, ce qui marche du tonnerre sur le C.V. , les entreprises aiment beaucoup ça.
Donc le stage c'est 6 mois pour le premier, il se termine par une soutenance devant un jury de professionnel, c'est très enrichissant comme expérience et j'ai rarement entendu parlé de stage photocopie. Franchement niveau expérience en entreprise l'école nous pousse bien, les sujets de stage sont étudiés par une commission, l'école a un très bon relationnel avec les entreprises et ça permet de bonnes expériences en entreprise!
Pour l'autre partie de la promo donc c'est cours. Il y a beaucoup moins de matière, c'est très orienté matériaux et mécanique (vibratoire, générale et des milieux continus). Ce semestre c'est un retour en prépa... Il est très difficile et franchement pas sympa du tout. On aligne des lignes de calcul et ça ne m'a pas trop plu. Cette partie de notre formation correspond assez à un travail de bureau d'études. On a quand même des semaines de séminaires avec des intervenants extérieurs pour aborder des sujets comme la finance ou le management. Ce sont des séminaires intéressants et très bien présentés.

Suite à ça, il y a le semestre d'option, on a le choix entre neuf options, ce choix se base sur notre classement au cours des 3 semestres précédents passés à l'école. Les options vont de énergie et transport, environnement ou bien production à biomédicale. C'est très diversifié et beaucoup y trouvent leur compte. C'est un semestre basé uniquement sur des professionnels qui viennent nous présenter leur travail dans le domaine de l'option, des projets et quelques cours théoriques complémentaires pour arriver à réaliser nos projets.
C'est le semestre le plus intéressant car on est en autonomie, on a des projets qu'on a choisi et les intervenants extérieurs sont vraiment des professionnels en activité donc leur démarche n'est pas la même qu'un prof classique. On s'éclate vraiment.

Il reste ensuite le Projet de Fin d'Etude. C'est un stage de 6 à 8 mois et le sujet de ce projet est validé uniquement si on nous charge d'une mission de cadre au sein d'une entreprise. Il y a vraiment la notion de projet avec la démarche associée, les rapports, l'évolution, les points critiques. Les tuteurs doivent nous laisser en autonomie, on a des responsabilités et c'est vraiment un bon entrainement à notre futur boulot de cadre.
Je trouve que l'aspect "stage" de notre formation n'est pas négligée, et on peut facilement le mettre en avant pour nos entretiens d'embauche.

Pour ce qui est des relations internationales, l'école a de très bon rapport avec des universités à travers le monde et il est très simple de partir à l'étranger si votre projet est bien monté à l'avance.
Par contre je trouve que l'appartenance au réseau Polyméca n'est pas assez marquée. Il n'est pas facile d'aller faire son semestre d'option à l'ENSMA par exemple, contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire. Je pense qu'il ne faut pas se dire je vais integrer l'ENSMM car elle est dans le réseau de Supméca, et si je veux aller à Supmeca, je postulerais pour ma troisième année en échange Polyméca.
Un gros soucis de l'école est l'absence de session de rattrappage contrairement aux autres écoles.
La vie étudiante est très développée et elle permet aux étudiants de tisser de bons liens qui se ressentent dans le réseau ENSMM. C'est un gros réseau ingénieur qui est très présent au sein de la vie de l'école.

Pour conclure, je dirais que la formation est assez généraliste, l'expérience en entreprise est importante, il n'y a pas trop de soucis à trouver du travail, le réseau de l'école fonctionne bien, les matières abordées en cours sont interessantes pour la pluspart mais il en faudrait moins de manière à pouvoir en approfondir plus quelques unes.
Pour ceux qui le veulent, il est simple de partir à l'étranger, les domaines pour trouver du travail sont surtout le secteur de l'automobile en bureau d'étude, l'école est de mieux en mieux classée et ceci nous permet d'avoir accès à des Master de très grandes écoles comme l'ESSEC, HEC ou Centrale Paris.
Le diplome ENSMM est très bien reconnu en entreprise et la formation reçue plait assez aux recruteurs.

 

Nous avons 47 invités en ligne